Actualités

Joyland : Aimer, c’est monter si haut

Joyland est le nom d’un parc d’attractions de Lahore, la deuxième ville du Pakistan, notamment connue pour ses productions de films (Lollywood, c’est là-bas !). C’est aussi un surnom qu’on pourrait donner au cabaret dans lequel Haider va trouver refuge, tant celui-ci semble respirer à nouveau au cœur de ces murs colorés. Pourtant, rien ne le prédestinait un jour à franchir les portes d’un tel établissement, lui qui vit dans le foyer familial, sous la coupe d’un patriarche épuisé de voir son fils ne pas être un « vrai homme », un de ceux qui ramènent de l’argent à la maison, qui égorgent des chèvres et qui font des enfants. AbusdeCine

Corsage : Paraître – Disparaître

Le film a gagné le prix Un Certain Regard Best Performance et Le prix du cinéma européen de la meilleur actrice. Corsage est en lice pour représenter l’Autriche à l’Oscar du Meilleur film étranger.

Libre évocation de la vie d’Elisabeth d’Autriche, Corsage dresse le portrait d’une insurgée. A l’image de son sujet, le film envoie valser les conventions du biopic, revisite l’Histoire, décolle l’étiquette et dépoussière l’imagerie. Vicky Krieps, exceptionnelle, inonde l’écran de sa fantaisie et de sa mélancolie. Offenses et souffrances de Sissi imprévisible. Lebleudumiroir

Saint Omer : un film de procès aussi implacable qu’impressionnant

Pour sa première fiction, Alice Diop s’interroge sur les mystères qui ont poussé une femme à l’infanticide. Les forces de l’incarnation et de la mise en scène sont foudroyantes.Il est désormais chargé d’intensité.

Saint-Omer, doublement récompensé à la dernière Mostra de Venise (meilleur premier long métrage et Grand Prix du Jury) a été choisi pour représenter la France aux Oscars (déjà figurant sur la liste de présélection de 10 films)  et a obtenu le Prix Jean Vigo. Première

Vu dans la presse:

Le CLAP propose de nombreuses dates (Le Progrès)

Pour faire face à la crise du cinéma, le Clap a mis les bouchées doubles en cette fin d’année. L’association locale de promotion du cinéma propose de nombreuses dates. Des projections avec la présence de réalisateur, d’expert ou de témoins…

Ainsi, le Clap va proposer, en plus de sa programmation habituelle, diverses animations pour attirer du monde à ses séances.

L‘article complet du 9 novembre 2022 dans le Le Progrès
Disponible aussi en lecture PDF

________________________

Photo de Frédéric Bobin, soirée spéciale : Ciné – Concert
avec un entre-acte de pizza (photo en haut de la page)

_____________________________

Photo à droit : Christophe Ramaux, membres des Économistes atterrés qui parlait de l’auto entreprises après la projection de Reprise en main de Gilles Perret vendredi 18 novembre.


Photo à gauche : le débat du 28 octobre en collaboration avec l’association « Familles Solidaires», autour du film des frères Dardenne « Tori et Lokita ».

________________________________

Faire découvrir un autre cinéma que celui des “blockbusters” (Le Pays)

… L’association CLAP dont Roland Nurier est président, elle sélectionne des films chaque mois dans le but de « faire découvrir un autre cinéma que celui des « blockbusters ». Le programmation se veut éclectique, avec des réalisateurs européens, mondiaux et français.

Article publié le 13 octobre 2022 dans Le Pays, à consulter en PDF

Roland Nurier, cinéaste engagé Le Pays

Le cinéaste Roland Nurier “Les Palestiniens dansent sur les ruines”

Consulter l’article du Progrès en PDF

Réalisateur Roland Nurier avec son équipe.

Au micro de RVR radio : Roland Nurier et Christophe Oberlin

L’état de cinéma fin 2022

La fréquentation des salles de cinéma est en chute libre en 2022. Ce n’est pas un scoop !. Selon les salles la baisse est de 30 à 60 % (chiffres CNC) par rapport à l’avant crise sanitaire. Le CLAP et le cinéma de Tarare n’échappent pas à la règle. Une fois qu’on a dit ça, que fait-on ?

On accuse les plateformes, les écrans plats, la pandémie, un peu tout à la fois… Il faut se réinventer entent-on ? Le CLAP a ainsi décidé, plutôt que de se morfondre, d’élargir son offre en la diversifiant et en redoublant d’efforts pour ces mois de Novembre et Décembre.

Nous vous proposons un merveilleux film « Le bleu du caftan »  (une seule séance) dans le cadre du festival de Villefranche « Rencontres du cinéma francophone en Beaujolais » le 11 novembre, puis en coopération avec l’association  ATTAC une soirée-débat autour du dernier film de Gilles Perret « Reprise en main » (une seule séance) et pour animer le débat, un Economiste Attérrés, le 18 novembre. Puis nous innovons avec une soirée « ciné-concert » le 2 décembre proposant 5 courts métrages (finement sélectionnés) + un concert acoustique de Frederic Bobin (auteur-compositeur-interprète d’une grande sensibilité).

Vendredi 9 décembre, le CLAP collaborera également avec le service « « Solidarité, cohésion sociale » de la Mairie avec le film, “Leur Algérie” de Lina Soualem dans le cadre d’une soirée spéciale.

Et enfin votre association accueillera l’avant-première du nouveau film documentaire « Yallah Gaza » de Roland Nurier, suivi d’un débat, avec la présence de l’équipe du film et d’un intervenant Vendredi 16 décembre.

Voilà, nous espérons tous et toutes que le public reviendra au cinéma, car pour paraphraser Albert Camus :

« Tout ce qui dégrade la culture raccourcit les chemins qui mènent à la servitude. »

____________________________________

Chute de la fréquentation des salles de cinéma : à qui la faute ?

Le 3 octobre, un rapport du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) révélait que la fréquentation des salles de cinéma, au mois de septembre 2022, avait atteint un seuil critique avec 7,38 millions d’entrées, soit le plus bas niveau depuis la réouverture des salles, le 18 mai 2021, à l’issue d’une année de pandémie. La douche s’est révélée d’autant plus froide que le secteur comptait beaucoup sur l’« effet rentrée » à la suite d’un été en berne. A l’exception de l’année 2020, celle de la crise sanitaire et de la fermeture des lieux de culture, de tels résultats n’avaient pas été enregistrés depuis 1980.

Les causes de cette désaffection des salles ont beau être multiples, on n’en entend pas moins régulièrement une petite musique lancinante qui résonne comme une recherche de coupables et en appelle à la vox populi. « Les spectateurs n’ont pas envie d’aller au cinéma pour se faire chier », s’est ainsi écrié Jérôme Seydoux, le patron du groupe Pathé, au micro de France Inter, mercredi 12 octobre, mettant explicitement sur la sellette, si l’on peut dire, le cinéma d’auteur français. On ne saurait être plus loin de Martin Scorsese, qui a déclaré, le 13 octobre, sur la scène du New York Film Festival : « Depuis les années 1980, on ne regarde plus que les chiffres. (…) Le cinéma est dévalué, déconsidéré, amoindri de toutes parts, non pas tant sa part commerciale qu’artistique. » Le Monde

_________________________

__________________________