Programme des films

Et voilà notre dernière programmation pour cette saison 2021-2022 !

Ne manquez pas ces très beaux films sélectionnés par l’équipe du CLAP que vous pourrez voir jusqu’au 17 juillet.  Une programmation pleine d’humanité qui vous fera voyager de l’Ecosse, au Bouthan en passant par l’Iran et le Kosovo.

Porté par une irrépressible pulsion joyeuse, Hit the road, film iranien,  est une comédie dramatique familiale et poétique comme on en fait peu, et une formidable invitation au voyage. Le cinéaste signe un road-movie savoureux, où l’on retrouve les thématiques du cinéma iranien avec une originalité rarement vue.

Limbo, une comédie du déracinement qui laisse toute sa place à l’absurde. Cette satire interculturelle drôle et poignante mêle subtilement l’espoir et les difficultés rencontrées par les réfugiés perdus sur une île d’Ecosse. Hitchcock d’or et prix du public, festival de Dinard.

L’École du bout du monde est un film qui fait du bien et nous ravit par sa photographie sublime et par sa bande originale composée essentiellement de chants traditionnels bhoutanais. Quant aux petits acteurs, ce sont les vrais enfants de Lunana au Bouthan. Des éléments qui rendent l’ambiance d’autant plus authentique et captivante.

Frère et sœur, tout le cinéma de Desplechin est contenu dans ce seul film, la famille, la mort, la maladie, le poids des héritages, les non-dits, l’ambivalence des sentiments, Roubaix, la littérature etc. qui résonne peut-être comme un récit autobiographique.

La Ruche, inspiré d’une histoire vraie, le film poignant de Blerta Basholli nous emmène dans leKosovo d’après-guerre. Et raconte le destin de villageoises qui s’affranchissent de la tutelle masculine pour créer leur entreprise de condiment. Un film de femmes et au féminin. Féministe, même. Et aussi profondément humaniste.

Nous vous souhaitons de belles séances et nous partageons avec vous ce beau questionnement formulé par Vincent Lindon le 17 mai à Cannes :

Pouvons-nous faire autre chose qu’utiliser le cinéma, cette arme d’émotion massive pour réveiller les consciences et bousculer les indifférences ?

Télécharger le programme de juin-juillet

Dans les Archives 2022

En Janvier

Pour le début de l’année 2022, nous avons retrouvé avec beaucoup de bonheur Pedro Almodovar et son film Madres Paralelas, dans lequel au travers de portraits de femmes.

Un tour en Iran en soutenant un film tourné clandestinement Le diable n’existe pas, film dénonçant très intelligemment la peine de mort puis nous vous emmènerons au Japon avec un film romanesque à la fois historique et psychologique d’une très forte puissance dramatique, Les amants  sacrifiés.

 Le CLAP s’est impliqué également sur la fin Janvier dans la semaine spéciale Hip-Hop : « Naissance d’une émancipation » avec la Cie de danse Fred Bendongué et votre cinéma habituel.

2 films exceptionnels :

  •  Haut et fort de Nabil Ayouch. Le réalisateur franco-marocain nous livre un film musical, véritable hymne à la liberté et à la jeunesse marocaine.
  • Jonction 48 du réalisateur Israélo-américain Udi Aloni. On y suit le rappeur Kareem (Palestinien d’Israël) qui rêve de percer dans le milieu et enfin pouvoir épouser sa belle Manar dont il est fou amoureux. Il entre en conflit avec deux autres rappeurs prônant la supériorité d’Israël face à la Palestine. Et toutes les injustices subies ressurgissent …

En février, nous reviendrons en France, à Ouistreham dans une adaptation du livre de Florence Aubenas pour nous plonger dans l’univers des femmes de ménage ( jouant leur propre rôle) , accompagnées d’une Juliette Binoche au sommet de son art.

Le CLAP a terminé le mois de février avec une comédie dramatique française épatante Placés  sur les foyers pour mineurs délaissés ; une fiction réaliste, humaine et pleine d’espoirs.

Puis une comédie italienne Pour toujours de Ferzan Ozpetek film tendre et émouvant. Une chronique de vie superbement interprétée qui a attiré plus de 8 millions de spectateurs en Italie.

Début mars, nous avons traversé l’Atlantique pour nous rendre au Canada, avec  Memory box. Alex découvre les souvenirs de sa mère à travers des photographies des années 1980 dans l’histoire douloureuse et traumatique de la guerre civile du Liban. Avec une mise en scène créative, intelligente et subtile Joana Hadjithomas et Khalil Joreige permettent au présent d’être habité par le passé.

On termine le programme avec Rosy, film documentaire français, inspirant de Marine Barnérias qui raconte sa propre histoire, sa maladie : La sclérose en plaques. Nous avons tous à cohabiter avec une Rosy. Une leçon de vie, émouvante, parfois drôle, sans esprit moralisateur. Vous vous laisserez emporter par la musique enivrante de Mathieu Cheddid et les paroles étourdissantes de la réalisatrice ne vous laisseront pas indifférentes-tes.

Fin mars Avec  Piccolo Corpo  le CLAP vous amènera en Italie pour découvrir une fable mystique absolument envoutante. Réalisatrice Laura Samani imprègne de sa sensibilité chaque plan, la cinéaste de trente-trois ans met en scène une histoire mystérieuse et envoûtante.

Un autre monde, le troisième volet d’une trilogie sur l’entreprise, le réalisateur Stephane Brizé et son interprète Vincent Lindon (à nouveau bouleversant), dépeint avec acuité et sobriété la brutalité d’un certain management entrepreneurial. Une œuvre choc et salutaire à quelques semaines d’une élection présidentielle.

Nous traverserons la manche pour découvrir Ali et Ava. Comédie dramatique de Clio Barnard, (à la Ken Loach), entre la réalité d’une condition sociale et l’imaginaire d’un amour salvateur, avec une pointe d’humour.

Début avril reviendrons en France avec une fiction très originale  Compagnons de François Favrat. Un film sur la voie de l’apprentissage, qui peut aussi être une voie d’excellence pour la jeunesse. Evitant les écueils des « bons sentiments ». le réalisateur filme avec attention le métier des maîtres verriers, dans ses moindres détails.

Et enfin nous vous proposons le premier long métrage de Sylvie Audcoeur : Une mère.  « La vengeance est un plat qui se mange froid »… et qui en plus donne souvent lieu à d’excellents films. C’est le cas avec Une mère. La réalisatrice fait ici le portrait palpitant d’une mère détruite par la mort de son fils et qui choisit de se faire justice en devenant bourreau. Dans le rôle complexe de cette femme torturée, la fabuleuse Karin Viard (bouleversante à souhait) passe avec une aisance déconcertante de la comédie au drame. Dans son rôle, entre émotion et détermination, elle est absolument parfaite.(Film entièrement tourné en région lyonnaise).

Fin avril

En cette phase de commémoration, nous vous proposons de revenir sur une période sombre de notre histoire de France avec De nos frères blessés. Ce drame historique est tiré d’une histoire vraie et aborde l’engagement politique de citoyens français pendant la guerre d’Algérie.

Nous retrouverons ensuite la pétillante Laure Calamy (Antoinette dans les Cevennes) dans le rôle d’une femme Julie qui se démène seule pour élever ses deux enfants à la campagne et garder son travail dans un palace parisien, A plein temps. Mené comme un thriller au rythme haletant, on est pris très vite par le film et l’oppression ambiante.

Début mai :

Avec l’Ombre d’un mensonge  le CLAP vous emmène en Ecosse pour des moments de pure beauté avec un acteur que nous aimons beaucoup dans l’association : Bouli Lanners dans un vrai drame romantique. La musique est très présente et l’ile de Lewis est le troisième personnage principal de l’histoire.

Et enfin nous avons terminé cette programmation en mai par une comédie un peu déjantée, sorte de conte moderne du duo Kevern et Delepine qui s’attaque cette fois ici à la politique (le film devait absolument sortir avant l’élection présidentielle). D’une délicieuse et truculente férocité bien assaisonnée, En Même Temps est une réflexion pleine d’esprit derrière son humour lourdo-couillon de façade.

Fin mai :

Tout d’abord  dans le Sud de l’Italie où la jeune A Chiara va découvrir et se confronter aux dures lois de la Mafia et de la « Ndrangheta ».

Puis, à travers le très beau documentaire Toute une nuit sans savoir, nous irons à la rencontre de jeunes étudiants indiens confrontés à la politique extrémiste et discriminatoire du 1er ministre Modi.

Début juin

C’est dans le Cantal que nous suivrons David, jeune paysan qui, pour sauver sa ferme, ira au bout de ses rêves malgré l’hostilité de son entourage dans le film Les folies fermières.

Enfin,  L’Affaire Collini, véritable thriller, nous fera découvrir  le plus gros scandale juridique de l’histoire allemande, et une vérité à laquelle personne ne veut se confronter