Programme des films

En Janvier, le CLAP vous fait voyager…

Pour le début de l’année 2022, nous retrouverons avec beaucoup de bonheur Pedro Almodovar et son film Madres Paralelas, dans lequel au travers de portraits de femmes, le film se saisit de questions qui taraudent la société espagnole.

Un tour en Iran en soutenant un film tourné clandestinement Le diable n’existe pas, film dénonçant très intelligemment la peine de mort puis nous vous emmènerons au Japon avec un film romanesque à la fois historique et psychologique d’une très forte puissance dramatique, Les amants  sacrifiés.

Et nous reviendrons en France, à Ouistreham dans une adaptation du livre de Florence Aubenas pour nous plonger dans l’univers des femmes de ménage ( jouant leur propre rôle) , accompagnées d’une Juliette Binoche au sommet de son art.

 Le CLAP s’implique également sur la fin Janvier dans la semaine spéciale Hip-Hop : « Naissance d’une émancipation » avec la Cie de danse Fred Bendongué et votre cinéma habituel.

 Vous y verrez 2 films exceptionnels :

  •  Haut et fort de Nabil Ayouch. Le réalisateur franco-marocain nous livre un film musical, véritable hymne à la liberté et à la jeunesse marocaine.
  • Jonction 48 du réalisateur Israélo-américain Udi Aloni. On y suit le rappeur Kareem (Palestinien d’Israël) qui rêve de percer dans le milieu et enfin pouvoir épouser sa belle Manar dont il est fou amoureux. Il entre en conflit avec deux autres rappeurs prônant la supériorité d’Israël face à la Palestine. Et toutes les injustices subies ressurgissent …

***

Dans les Archives

Pour la fin d’année 2021, le CLAP vous a proposé une programmation pleine de sensations et d’émotions.

Pour commencer, avec Compartiment N°6 de de Juho Kuosmanen, nous serons sous le charme des plus beaux films romantiques, un irrésistible éloge de l’éphémère, de l’inconnu et du mouvement.

Les Magnétiques de Vincent Maël Cardona nous fera plonger dans les années 80. En l’espace d’une petite heure et demie, les joies et les peines, les initiations et les adieux défilent sous nos yeux. On retiendra surtout à quel point Les Magnétiques fait appel aux sens, particulièrement l’ouïe et la vue.

Et pour terminer l’année avec le sourire, une comédie toujours sur le fil entre l’absurde, le burlesque et le mélancolique, Chère Léa de Jérôme Bonell.

Une fois n’est pas coutume le CLAP vous a proposé pour la programmation de novembre – décembre une sélection 100 % francophone. Non pas en raison d’un nationalisme exacerbé mais tout simplement parce que c’est notre choix collectif en regard des propositions cinématographiques du moment.

Ainsi le film Illusions Perdues, de Xavier Giannoli inspiré du roman d’Honoré de Balzac nous propose une comédie humaine intemporelle où tout s’achète et se vend, la littérature comme la presse, la politique comme les sentiments, les réputations comme les âmes.

Puis avec Les Héroïques de Maxime Roy (dont c’est le premier long métrage), nous évoquerons la paternité et les liens fragiles qui unissent les individus. Ensuite un nouveau film d’animation au graphisme magnifique Le sommet des Dieux, qui a demandé 4 ans de travail à l’équipe de Patrick Imbert. Et nous terminerons avec Une vie démente comédie dramatique (belge) de Raphaël Balboni et Anne Sirot à la fois légère et profonde. Un premier long-métrage sacrément réussi.

En octobre un film britannique de Aleem Khan After love premier film prometteur, qui décrit avec finesse les relations entre deux héroïnes que tout semble séparer. Puis un western sans indiens First cow complètement atypique réalisé par Kelly Reichardt (USA) très original dans son récit, le film fait se rencontrer deux personnages improbables réunis par le même désir de se lancer à la conquête d’un nouveau monde.

Puis nous avons fini le mois avec un vent de fraîcheur mêlé à une ardente bourrasque avec une comédie romantique : Les amours d’Anaïs. Dans le premier rôle l’excellente Anaïs Demoustier un admirable film d’animation français de Florence Mihail , La traversée. Un film puissant et bouleversant dans ce qu’il nous raconte : l’exil ». Époustouflant visuellement parlant. Les images peintes sur plaque de verre sous l’objectif de la caméra sont tout simplement renversantes de beauté, un petit bijou où la poésie rivalise avec l’extrême noirceur des situations..

Nous avons démarré la saison en septembre par ce que les anglosaxons appellent un « feel good movie » (un film anglais qui fait du bien !) avec Fisherman’s Friends, puis nous avons poursuivi avec un film dramatique La terre des hommes drame paysan avec une distribution haut de gamme, un splendide film historique de Andreï Konchalovsky Chers camarades, fenêtre subtile sur l’URSS des années 1960.

Ensuite le dernier film de Tony Gatlif Tom Medina film fort et puissant quelque peu autobiographique, œuvre poétique et bel hommage aux Roms du monde entier, aux tronches rugueuses, puis un film de femme, franco-tunisien, plein de sensibilité et de sensualité Une histoire d’amour et de désir.

Télécharger le programme de janvier-février