SOIRÉES spéciales

Les séances spéciale du premier semestre 2023

Vendredi 24 février à 20h00 (SOIRÉE CINÉ-RENCONTRE), consacrée à l’immigration italienne au début du 20ème siècle. En collaboration avec l’association tararienne BOTTICELII.

 INTERDIT AUX CHIENS ET AUX ITALIENS d’Alain Ughetto (en VOSTF) » est une histoire familiale mais aussi une histoire nationale. Un film d’animation très original. Le cinéaste retrace le parcours difficile d’une frange de la population italienne au carrefour du XXème siècle.

 .Vendredi 27 janvier 2023 à 20h : Annie Colère (La fabuleuse Laure Calamy), film de Blandine Lenoir (VF) revient à Tarare dans le cadre d’une soirée-débat autour du droit à l’IVG. Une séance unique animé par des professionnels de santé impliqué dans l’accueil et l’accompagnement des femmes et couples en demande d’IVG .

___________________________________

Les séances spéciale du deuxième semestre 2022

Soirée unique Jeudi 13 octobre à 20h00
Dans le cadre de la Semaine sur la santé mentale (SISM) + débat en collaboration avec des intervenants de la SISM

Film de la soirée: La Petite Bande Comedie de Pierre Salvadori (France) – VF – 1h48

La petite bande, c’est quatre collégiens de 12 ans. Par fierté et provocation, ils s’embarquent dans un projet fou : faire sauter l’usine qui pollue leur rivière depuis des années.

Vendredi 28 Octobre 20 H 00 soirée-débat CLAP « solidarité migrants » autour du film Tori et Lokita de Jean-Pierre et Luc Dardenne, Drame (1h28) (Prix du 75ém Festival de Cannes). Ciné-débat avec « Familles Solidaires », un service d’accueil des mineurs non accompagnés.

Drame vibrant, Tori et Lokita nous plonge au cœur de la clandestinité, mettant en lumière une réalité invisible aux yeux de la société belge. Le film s’ouvre sur une scène magistrale, profondément violente. Face caméra, Lokita (Joely Mbundu) subit un interrogatoire en vue d’obtenir des papiers. On lui pose des questions précises sur le Bénin, pour savoir si le petit Tori (Pablo Schils), avec qui elle est arrivée en Belgique, est bien son frère. La jeune fille paraît déstabilisée, hésite. L’interrogatoire s’arrête. Elle rejoint le jeune garçon dans leur centre d’accueil…Sans sentimentalisme, on suivra ces deux êtres dans leurs difficultés au quotidien pour survivre et tenter de mener une vie digne au travers d’un scénario magnifiquement construit.

Vendredi 11 Novembre 20 H 00 soirée CLAP dans le cadre de “Rencontres de cinéma francophones en Beaujolais” projection du film Le bleu du caftan, 2eme long métrage de Maryam Touzani. Il a reçu le prix FIPRESCI au dernier Festival de Cannes. Avant-Première.

Produit par Nabil Ayouch, Le bleu du caftan est un long-métrage poignant, d’une très grande sensibilité, qui parle de transmission, de tradition et d’amour. Et l’Amour il en est question tout au long du film. La confusion des sentiments, les non-dits dans une société marocaine où l’homosexualité est loin d’être acceptée, la réalisatrice a le courage d’aborder le sujet avec une intelligence rare.

Le film porté à l’écran par Lubna Azabal, Saleh Bakri et Ayoub Missioui, raconte l’histoire de Halim, marié de longue date à Mina, avec laquelle il tient un magasin traditionnel de caftans dans la médina de Salé, au Maroc. Le couple vit depuis toujours avec le secret de Halim, son homosexualité qu’il a appris à taire. La maladie de Mina et l’arrivée d’un jeune apprenti vont bouleverser cet équilibre. Porté à l’écran par des acteurs et actrices talentueux-euses avec un travail sur la lumière fabuleux, Le bleu du caftan est du « grand cinéma ».

Vendredi 18 Novembre 20 H 00 soirée-débat, collaboration CLAP-ATTAC autour du film Reprise en main de Gilles Perret.Titre de la soirée : « Pour en finir avec la soumission à la finance, changer les entreprises : est-ce possible ? »

Débat animé par Christophe Ramaux : Maitre de conférences à l’Université Paris 1, membre des Économistes Atterrés. Auteur de “Pour une économie républicaine. Une alternative au néolibéralisme”
(De Boeck, 2022) 

Patrick, ouvrier passionné, travaille dans une des nombreuses entreprises spécialisées dans la mécanique de précision de la vallée de l’Arve en Haute-Savoie. Son usine vient d’être rachetée par un fond d’investissement. Face à la gestion calamiteuse des nouveaux propriétaires, il décide de relever la tête pour reprendre la main sur son destin

Aidé de ses copains d’enfance, il choisit de se draper en financier pour reprendre la société afin de la remettre aux mains des salariés. Leur détermination, leurs maladresses aussi, donnent un air de comédie sociale, parfois dramatique, à ce film tourné au sein d’une communauté où tout le monde se connaît, où les histoires d’amour de jeunesse et les clivages sociaux d’antan ne sont jamais très loin. Un Robin des bois au pays de Goldman Sachs. 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est cine-concert3-724x1024.png.

Vendredi 2 Décembre 20 H 00  : Ciné-concert.  Le CLAP proposera un ensemble de 5 courts métrages

(surprises !) suivi d’un mini buffet pizzas et d’un concert de Frederic Bobin, auteur compositeur interprète. 

Des chansons tantôt intimes tantôt sociales, Frédéric Bobin est un artiste complet d’une grande sensibilité. Élégance du propos, générosité en scène… Humanité en un mot. Chanter c’est lancer des balles.

Vendredi 9 décembre, soirée spéciale où le CLAP collaborera avec le service « Solidarité, cohésion sociale » de la Ville de Tarare, avec le film Leur Algérie de Lina Soualem. Nous accueillerons le public avec un « apéritif » avant la projection à 19h00.

Après 62 ans de mariage, les grands-parents de Lina, Aïcha et Mabrouk, ont décidé de se séparer. Ensemble ils étaient venus d’Algérie en Auvergne, à Thiers, il y a plus de 60 ans, et côte à côte ils avaient traversé cette vie chaotique d’immigré.e.s. Pour Lina, leur séparation est l’occasion de questionner leur long voyage d’exil et leur silence.

Vendredi 16 Décembre 20 H 00  : Avant-première des avant-premières de Yallah Gaza
Documentaire de Roland Nurier (France) VOSTF – 1h40
Débat en présence de l’équipe du film et du Professeur Christophe Oberlin (intervenant dans le film) suivi d’un mini buffet palestinien (PRUDENCE RÉSERVER )

La bande de Gaza est un territoire palestinien de 40 km X 10 km où s’entassent 2 millions d’êtres humains. La population est régulièrement bombardée, maintenue dans une terreur permanente et sous blocus terrestre, maritime et aérien israélien. Comme si on leur refusait toute humanité, Gaza se sent abandonné du monde mais… n’abandonne pas.

Le film témoignera de « cette rage de vivre » par une plongée dans la société gazaouie et tentera de comprendre comment on en est arrivé là. Nous parlerons aussi de géopolitique, de sionisme, de politique interne palestinienne, de Droit International, et des motifs d’espoir gazaouis pour paraphraser le grand poète palestinien Mahmoud Darwich : « Nous souffrons d’un mal incurable qu’on appelle l’espoir ».

Roland Nurier, cinéaste engagé Le Pays

Le cinéaste Roland Nurier “Les Palestiniens dansent sur les ruines” Consulter l’article du Progrès en PDF

Et sur RVR Radio.
__________________