UNE VIE DÉMENTE

Comédie dramatique, de Ann Sirot et Raphaël Balboni (France) 1h27

Directrice d’un centre d’art à Bruxelles, Suzanne porte ses 60 ans avec élégance et légèreté. Son fils Alex, la trentaine, s’apprête quant à lui à fonder une famille. Et soudain surviennent des oublis, des attitudes distraites qui, d’un coup, font de la belle insouciance de Suzanne le symptôme d’une inquiétante frivolité. Sous le regard ébahi et atterré d’Alex, Suzanne semble ne plus s’inquiéter de rien et ne comprend plus ce qu’on attend d’elle. Les factures s’accumulent, la nourriture moisit, les achats sont excessifs…

Puis le diagnostic tombe avec brutalité. On parle de démence sémantique, en d’autres termes, d’un d’Alzheimer. Bien que mise au courant de son état, nul ne sait ce qu’éprouve Suzanne, dont les préoccupations se portent désormais sur des futilités qui, pour les autres, ont tout l’air d’être des caprices.

Une vie démente n’est pas un film spécifiquement axé sur la maladie d’Alzheimer, mais davantage sur la manière d’embrasser cette problématique.

Les réalisateurs ont trouvé un équilibre entre le rire et le drame qui se joue, inexorable.

Vendredi 10 décembre à 20h30 – Lundi 13 décembre à 18h00
Jeudi 16 décembre à 20h30 – Dimanche 19 décembre à 18h00